Cancer du pancréas : les chercheurs considèrent la réponse des patients à ce traitement comme étant « sans précédent »

 

L’ASCO Post a récemment signalé des taux de réponse élevés et une survie améliorée grâce à la combinaison de cisplatine à base de platine et de gemcitabine (chimiothérapie) dans l’adénocarcinome canalaire du pancréas avec la mutation BRCA / PALB2.

L’objectif de l’étude de phase 2 était d’étudier le cisplatine et la gemcitabine seuls ou en association avec le veliparib, un inhibiteur des PARP.

Le Post a publié les résultats dans son résumé d’une présentation de la Dre Eileen O’Reilly du Memorial Sloan Kettering Cancer Center. La présentation du Dr O’Reilly a été donnée lors d’un récent symposium sur le cancer gastro-intestinal.

Les résultats ont également été mis dans le Journal of Clinical Oncology.

À propos de l’adénocarcinome ductal pancréatique (ACDP)

L’ACDP est une maladie agressive et rare mais toujours la tumeur cancéreuse la plus courante du pancréas. C’est difficile à traiter. L’ablation chirurgicale offre actuellement une chance de détruire la tumeur.

Pourtant, environ quatre-vingt à quatre-vingt-dix pour cent des patients atteints de la maladie sont déjà incurables au moment où ils sont vus dans une clinique.

À propos du cisplantin, de la gemcitabine et du veliparib

Le cisplatin, une chimiothérapie à base de platine, est généralement prescrit pour le traitement contre le cancer. Cependant, bien qu’il soit efficace, il est connu pour provoquer des effets secondaires graves tels que des dommages à l’ADN. Ces événements indésirables peuvent entraîner une limitation, voire l’arrêt du traitement.

La gemcitabine est un antimétabolite qui ressemble beaucoup aux substances normales d’une cellule. Les cellules ne sont plus capables de se diviser lorsque ces substances sont incorporées dans le métabolisme cellulaire. Les antimétabolites attaquent les cellules lorsqu’elles se divisent (spécifiques aux cellules).

Le veliparib bloque la protéine PARP. Le médicament empêche la réparation des dommages génétiques dans les cellules cancéreuses, ce qui les rend plus sensibles aux traitements contre le cancer.

Dépasser les attentes

Le Dr O’Reilly a déclaré que les chercheurs avaient noté une survie à deux ans (31%) et une survie à trois ans (18%), qui est la période de survie la plus longue dans un essai pour un adénocarcinome canalaire du pancréas avancé.

Le taux de réponse pour la combinaison du cisplatin et la gemcitabine était de 65,2%, tandis que l’ajout du veliparib a produit un taux de réponse de 74,1%.

Les Essais de phase 1 et de phase 2

Le Dr O’Reilly a précédemment dirigé un essai de phase 1 qui a montré les résultats d’un taux de réponse de 78% avec les médicaments cisplatine et gemcitabine plus véliparib. La survie médiane était de 23 mois. Cinquante patients ont fait partie de l’essai.

L’essai de phase 2 en cours comprenait :

  • Groupe A – le cisplatin et la gemcitabine les troisième et dixième jours, le veliparib pris par voie orale toutes les trois semaines, deux fois par jour, du premier au douzième jour.

Il est à noter que ces patients ont également eu la possibilité de prendre du veliparib par voie orale comme traitement d’entretien.

  • Dans le groupe B les patients ont reçu du cisplatine et de la gemcitabine sans l’ajout du veliparib.

Les doses pour le groupe A :

  • Le cisplatin : 25mg/m2
  • La gemcitabine : 600mg/m2 le troisième et le dixième jour
  • Le veliparib : 80mg par voie orale deux fois par jour du premier au douzième jour tous les trois semaines ; ces patients ont la possibilité de prendre du veliparib comme traitement d’entretien

Les doses du groupe B est identique à celle du groupe A mais sans traitement par le veliparib.

L’essai avait comme principal critère d’évaluation les taux de réponse du groupe A et du groupe B qui ont été analysés séparément.

Profil de toxicité

La toxicité hématologique, qui est une diminution de la moelle osseuse ou des cellules sanguines, s’est produite chez quatre-vingt-dix pour cent des patients du groupe A et dix-sept pour cent des patients du groupe B.

Les Résultats de l’essai

Les résultats excellents a mené les chercheurs à suggérer que le cisplatine / la gemcitabine devrait être considéré comme la norme de soins pour le traitement contre l’adénocarcinome canalaire du pancréas avancé muté par BRCA.

Dépasser les attentes

Le Dr O’Reilly a déclaré que les chercheurs de l’essai de phase 2 ont vu la plus longue période de survie dans un essai sur un adénocarcinome canalaire du pancréas avancé.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Rose Duesterwald

Rose Duesterwald

Rose became acquainted with Patient Worthy after her husband was diagnosed with Acute Myeloid Leukemia four years ago. He was treated with a methylating agent While he was being treated with a hypomethylating agent, Rose researched investigational drugs being developed to treat relapsed/refractory AML.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu