Une Nouvelle technique rend la nanomédecine plus efficace

 

Les nouvelles technologies expérimentales et innovantes jouent un rôle crucial dans l’avancement du domaine médical. Bien que la nanomédecine soit prêt à traiter les maladies grâce à la nanotechnologie, elle a généralement un prix : une mauvaise circulation sanguine. Cependant, déclare Science Codex, des chercheurs russes ont récemment développé une nouvelle technologie pour améliorer et prolonger la circulation sanguine pour les nanomédicaments. En plus d’augmenter l’efficacité du médicament, la technologie fonctionne sans avoir à ajuster les nanomédicaments. Lisez les résultats complets dans Nature Biomedical Engineering.

La Nanomédecine : un aperçu

Alors avant d’expliquer la nouvelle technologie, examinons ce qu’est la nanomédecine. ScienceDirect définit le concept comme :

l’utilisation de la nanotechnologie pour la thérapeutique médicale en développant des agents à l’échelle nanométrique pour le traitement de divers types de maladies.

Fondamentalement, la nanomédecine utilise la nanotechnologie pour manipuler la matière à une échelle extrêmement petite. Par exemple, certaines thérapies médicamenteuses utilisent des nanoparticules (une structure de molécules) pour prendre de multiples actions complexes lors du traitement de maladies. Au lieu de simplement activer ou désactiver les récepteurs de médicaments, la nanomédecine peut trouver et identifier les cellules cancéreuses, partager l’emplacement des tumeurs avec les cliniciens et même endommager et tuer les cellules cancéreuses.

Cependant, la nanomédecine n’a pas toujours été l’option de traitement la plus efficace. Puisque le système immunitaire considère les nanoparticules comme des envahisseurs étrangers (comme un virus ou une bactérie), le corps élimine rapidement les nanoparticules du sang. En conséquence, la nanomédecine a eu du mal à atteindre l’objectif thérapeutique.

Améliorer la nanomédecine

Pour comprendre comment améliorer l’efficacité de la nanomédecine, les chercheurs ont proposé une solution pour « tromper » le système immunitaire. Chaque jour, le système immunitaire élimine les vieux globules rouges de la circulation sanguine. Les chercheurs se sont donc demandé si la stimulation de ce processus amènerait le système immunitaire à se concentrer davantage sur cette tâche plutôt que sur l’élimination des nanoparticules.

Pour examiner leur hypothèse, les chercheurs ont injecté à des souris des anticorps spécifiques des globules rouges. Chaque souris a reçu 1,25 mg d’anticorps par kg / poids. En faisant ce « cyto-blocus », comme l’appellent les chercheurs, la circulation sanguine liée aux nanoparticules a augmenté. En conséquence, la nanomédecine a été rendue plus efficace. De plus, les chercheurs ont déterminé que cette méthode est également assez sûre. Parallèlement à une baisse minimale du nombre de globules rouges, les souris n’ont présenté aucun effet indésirable grave.

Grâce à des tests supplémentaires, les chercheurs ont constaté que l’utilisation d’un cytoblockade permettait une meilleure circulation des nanoparticules petites, moyennes et grandes. Le chronométrage de la présence de nanoparticules est passé de 3 à 5 minutes de circulation à plus d’une heure. Cette méthode n’empêche pas le corps de lutter contre d’autres envahisseurs étrangers comme les bactéries !

Le Cancer et le cyto-blocus

Tout au long de l’étude, les nanoparticules ont été considérées comme des options thérapeutiques potentielles d’une variété de maladies. Dans un test, les chercheurs ont déterminé que l’ajout d’une molécule spécialisée aux nanoparticules permettait un traitement meilleur et plus ciblé. Par exemple, pour les patients atteints de maladies auto-immunes, les nanoparticules peuvent cibler le récepteur CD4 avec un anticorps personnalisé.

Un ensemble d’essais a cherché à comprendre si l’augmentation de la circulation mènera à de meilleurs traitements contre le cancer. Grâce à leur nouvelle technologie, les chercheurs ont vu 23 fois plus d’efficacité dans la transmission des nanoparticules et le magnétisme. En conséquence, les nanoparticules ont pu fournir de la magnétite et de la doxorubicine directement aux tumeurs, réduisant ainsi les dommages causés par le cancer du sein, le mélanome et 3 autres sous-groupes cancéreux.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Jessica Lynn

Jessica Lynn

Jessica Lynn has an educational background in writing and marketing. She firmly believes in the power of writing in amplifying voices, and looks forward to doing so for the rare disease community.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu