L’Exposition au stress affecte le cerveau, entraînant une insomnie liée au stress

La plupart de gens sont conscients de divers symptômes causés par le stress qu’on subit au quotidien. Cependant, il existe une variété de réactions physiologiques qui affectent les systèmes périphériques et centraux.

Selon un article récent dans Science Magazine, des scientifiques du Cold Spring Harbor Laboratory se sont concentrés sur la réaction du réseau de neurones au stress. De plus, les scientifiques ont déterminé que le réseau de neurones affecte le système immunitaire.

La réaction au stress n’est pas seulement biologique mais aussi psychologique. Lorsque le réseau de stress est activé, il crée la réaction bien connue « de lutte ou de fuite ».

Cela conduit à des réponses telles que la sécrétion de glucocorticoïdes via l’activation de l’axe HPA (hypothalamo-hypophyso-surrénalien). L’HPA est le système central de réponse au stress qui s’interconnecte avec le système endocrinien et le système nerveux central.

L’axe HPA produit du cortisol lorsqu’il fait face à un stresseur. Le corps réagit aux situations menaçantes en activant des mécanismes neuronaux régulés par le milieu du cerveau. En fin de compte, l’épinéphrine et le cortisol, connus sous le nom d’hormones du stress, sont libérés.

L’épinéphrine provoque l’activité dans le système nerveux. Cela encourage la capacité à s’éloigner des menaces.

La sécrétion de cortisol suit, mais quand la menace n’existe plus, l’activation du cortisol diminue. Les médecins soulignent l’importance de maintenir des niveaux sains de cortisol. Cela garantit que l’hypophyse et l’hypothalamus ont le niveau de sensibilité requis lorsqu’elles décèlent le rétrocontrôle du cortisol.

Une description complète du processus est disponible ici.

Il est à noter que l’hypophyse et l’hypothalamus deviennent moins sensibles au rétrocontrôle du cortisol à mesure qu’une personne vieillit. Il est également intéressant de noter que les femmes plus âgées sécrètent plus de cortisol dans des situations stressantes que les hommes plus âgés. L’inverse est le cas avec les jeunes femmes produisant des niveaux inférieurs de cortisol que les jeunes hommes.

À propos des neurones, du stress et de l’insomnie

Les scientifiques ont découvert qu’il existe une corrélation entre les neurones qui réagissent au stress par la libération de cortisol et les neurones de la même région qui provoquent l’insomnie. Il semble que les signaux envoyés par les cellules cérébrales libérant des hormones affectent fortement les neurones responsables de l’insomnie.

Les chercheurs ont testé cette théorie sur des modèles animaux. Ils ont interrompu la connexion permettant aux souris de dormir sans être dérangées même après que les souris aient été exposées au stress.

L’équipe a observé que la réaction était très sensible, et même un faible stimulus pouvait provoquer de l’insomnie. Cette théorie s’est également appliquée au système immunitaire lorsque les chercheurs ont découvert qu’ils étaient capables de modifier la distribution cellulaire par cette même connexion. Par exemple, les mêmes neurones reliant le stress à l’insomnie.

À l’avenir

Les découvertes susmentionnées ont suscité un intérêt pour savoir si les réseaux du cerveau associés à l’inflammation (systémique) du corps entier, comme le cancer et les MICI, peuvent également être manipulés.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Rose Duesterwald

Rose Duesterwald

Rose became acquainted with Patient Worthy after her husband was diagnosed with Acute Myeloid Leukemia four years ago. He was treated with a methylating agent While he was being treated with a hypomethylating agent, Rose researched investigational drugs being developed to treat relapsed/refractory AML.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email