Selon une étude, l’association du niraparib et du bevacizumab peut prévenir l’évolution du cancer de l’ovaire

Au cours de la réunion annuelle virtuelle de 2021 de la Société de l’oncologie gynécologique sur le cancer des femmes, les chercheurs ont présenté les données de l’essai clinique de phase 2 OVARIO. Selon Cancer Network, l’essai a évalué le niraparib et le bevacizumab chez des patientes précédemment traitées qui sont atteints d’un cancer de l’ovaire à un stade avancé. Les patients avaient précédemment été traités par le bevacizumab en association avec une chimiothérapie à la pointe à base de platine. En fin de compte, les chercheurs ont déterminé que cette combinaison de médicaments empêche la progression de la maladie.

Le Niraparib et le bevacizumab

Au cours de l’essai, les chercheurs ont évalué l’association du niraparib et du bevacizumab chez des patients précédemment traités qui ont soit un carcinome épithélial de l’ovaire de stade 3b-4, soit un cancer péritonéal primaire soit un cancer de la trompe de Fallope. Les patients auraient pu avoir une réponse partielle ou complète, ou aucune réponse, à un traitement antérieur. 105 patients se sont inscrits. Les chercheurs voulaient savoir si cette nouvelle association pouvait augmenter la survie sans évolution, ou combien de temps les patients pouvaient vivre sans que leur cancer n’évolue. Au cours de l’essai, les patients ont reçu 200 ou 300 mg de niraparib par jour en association avec 15 mg / kg de bevacizumab toutes les 3 semaines. Certains résultats de l’étude comprenaient :

  • 90 % (95 patients) n’avaient pas de progression du cancer au cours d’une période de suivi de 6 mois. En 1 an, ce chiffre a diminié à environ 75 % (79 patients). Dans les 18 mois, 62 % (65 patients) n’avaient pas de progression du cancer.
  • 99 % (104 patients) ont eu une réaction indésirable. En fin de compte, 27 % (28 patients) ont abandonné l’étude à cause de cela. Les effets secondaires et les effets indésirables comprenaient:
    • Thrombocytopénie (faible numération plaquettaire)
    • Neutropénie (faible nombre de globules blancs)
    • Anémie (faible nombre de globules rouges)
    • Fatigue
    • Nausée
    • Hypertension artérielle
    • Maux de tête
    • Protéinurie (excès de protéines dans les urines)
  • Ceux de l’essai ont également été divisés en 3 groupes : HRd, HRp et HRnd. Celles-ci étaient liées à des biomarqueurs spécifiques. Ceux du groupe déficient en recombinaison homologue (HRd) avaient le niveau de réponse le plus élevé après 18 mois.

Cancer de l’ovaire

Les chercheurs ne savent pas exactement ce qui cause le cancer de l’ovaire, qui se forme dans l’ovaire d’une femme. Les ovaires se trouvent de chaque côté de l’utérus ; ils gardent les ovules et produisent de l’œstrogènes et de la progestérone, deux hormones. Cependant, les femmes présentant des mutations du gène BRCA1 ou BRCA2 sont 10 à 30 fois plus susceptibles de développer un cancer de l’ovaire. Avec le cancer lié à BRCA1, il apparaît généralement plus tôt dans la vie. Pour le cancer qui est liée à la mutation BRCA2, il apparaît généralement après la ménopause.

Il existe quatre formes de cancer de l’ovaire. Premièrement, les tumeurs épithéliales représentent environ 90 % des diagnostics de cancer de l’ovaire et se forment dans la fine couche de tissu recouvrant les ovaires. Ensuite, les tumeurs du carcinome germinatif se développent dans les cellules qui forment les ovules. Ces tumeurs représentent environ 5 % des diagnostics. Les tumeurs du carcinome stromal représentent également environ 5 % des diagnostics. Dans ces tumeurs, le cancer de l’ovaire se développe dans les tissus conjonctifs qui produisent des hormones et maintiennent l’unité de l’ovaire. Enfin, le carcinome à petites cellules de l’ovaire est une tumeur rare et très maligne qui ne représente que 0,1 % des diagnostics. Ce cancer peut métastaser, et il peut se propager vers la vessie ou la muqueuse abdominale, l’intestin, les ganglions lymphatiques, les poumons ou le foie.

Au premier stade du cancer de l’ovaire, le cancer peut être trouvé dans un ou les deux ovaires. Au deuxième stade, il s’est propagé au bassin et au troisième stade, à l’abdomen. Au quatrième stade, le cancer s’est propagé dans tout le corps. Les symptômes, qui peuvent n’apparaître qu’à des stades avancés, comprennent :

  • Perte d’appétit
  • Ballonnement
  • Gonflement abdominal
  • Douleurs pelviennes ou abdominales
  • Nausée
  • Changements de l’urgence ou de la fréquence des mictions
  • Sécrétions vaginales anormales ou saignements utérins
  • Sensibilité aux seins
  • Hyperplasie de l’endomètre (épaississement de l’utérus qui provoque des saignements)
  • Irrégularités menstruelles
  • Perte de poids involontaire
  • Grosseur abdominale

Cliquez ici pour en savoir plus sur le cancer de l’ovaire.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Jessica Lynn

Jessica Lynn

Jessica Lynn has an educational background in writing and marketing. She firmly believes in the power of writing in amplifying voices, and looks forward to doing so for the rare disease community.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email