Genes for Good – Les smartphones et les salivettes sont-ils l’avenir de l’étude génétique ?

Selon une publication de Stat, des chercheurs du programme Genes for Good dirigé par l’Université du Michigan ont recruté plus de 20 000 Américains via son application pour smartphone. Les participants remplissent des questionnaires sur l’application et soumettent un prélèvement de salive en salivette par courrier. Les conclusions des chercheurs ont éclairé en plus la santé du grand public.

Des Années en développement

Genes for Good a commencé à circuler dans les nouvelles il y a quatre ans. L’idée centrale de cette étude est simple : utilisez le potentiel de réseautage des médias sociaux pour étudier le plus grand nombre possible de participants.

Pour atteindre ce but, l’équipe s’est tournée vers Facebook. En tant que plus grande entreprise de médias sociaux au monde, Facebook a fourni à une vaste base d’utilisateurs les informations de connexion existantes. Officiellement, aucune des données collectées à l’aide du programme Genes for Good n’apparaît sur Facebook – le système de noms d’utilisateur et de mots de passe constitue simplement un moyen pratique de recruter. Cependant, les problèmes de confidentialité de Facebook continuent de tracasser les utilisateurs potentiels.

Plus de 20 000 participants et quatre ans plus tard, l’équipe de Genes for Good rend compte de ce qu’elle a appris jusqu’à présent.

Des Questionnaires et des salivettes

L’étude est menée dans une approche en deux volets. Une fois que les participants se sont connectés à l’application Genes for Good, ils peuvent l’utiliser pour répondre à des questions de sondage permettant de suivre l’évolution de leur état de santé au quotidien. Peu de temps après leur inscription, les participants reçoivent par courrier des salivettes à envoyer à l’équipe de Genes for Good.

Une fois que les chercheurs ont ramassé la salive, ils séquencent les informations génétiques qu’elle contient et les comparent aux réponses de l’enquêteur.

Genes for Good a découvert que leurs participants, originaires des cinquante États américains, reflétaient les tendances de la santé plus générales établies par des études antérieures. La corrélation entre l’indice de masse corporelle des participants et le diabète de type 2 s’est révélée « cohérente avec les tendances nationales ». Les liens génotypiques avec la couleur des cheveux et des yeux concordaient également avec les recherches antérieures.

Les Avantages du modèle

L’avantage immédiat du modèle de Genes for Good réside dans sa capacité à atteindre un échantillon beaucoup plus diversifié et équitablement répartie d’une population donnée. La plupart des études conduites de manière conventionnelle recrutent des individus d’une certaine région localisée. Les études multicentriques atténuent certaines des données asymétriques qui peuvent résulter d’une approche aussi concentrée, mais même celles-ci ont tendance à recruter des personnes provenant principalement de grandes villes qui peuvent ne pas être représentatives d’un pays dans son ensemble.

Il y a des sondés de chacun des 50 États qui ont déjà participé à Genes for Good, et d’autres pourraient suivre. Genes for Good espère attirer des investisseurs pour développer son service – Gonçalo Abecasis, l’un des chefs de projet et chercheur à l’Université du Michigan, estime que le programme pourrait être étendu à 100 000 participants.

Abecasis pense que le programme pourrait devenir une « biobanque publique » et un lieu où les chercheurs pourront poser de grandes questions et recevoir des réponses variées.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu