Les Recherches menées par le King’s College suggèrent que les niveaux de sérotonine pourraient prédire la présence de la maladie de Parkinson des années précédant l’apparition des symptômes

Selon une publication de la BBC, des chercheurs du King’s College London estiment avoir identifié des biomarqueurs précoces de la maladie de Parkinson susceptibles d’aider les médecins à prédire qui sera touché jusqu’à 15 ou 20 ans avant l’apparition de leurs premiers symptômes.

À propos de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est un trouble progressif du système nerveux qui affecte environ 10 millions de personnes dans le monde. 60 000 Américains sont diagnostiqués chaque année – et malgré des progrès thérapeutiques permettant de contrôler certains des pires symptômes, aucun traitement n’existe.

Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, certains neurones (cellules nerveuses qui composent le système nerveux central) du cerveau sont progressivement détruits et meurent. Certains des symptômes les plus fréquemment signalés sont les tremblements de membres divers (souvent les mains), la raideur musculaire et les problèmes neurologiques affectant la parole ou la mémoire.

Les scientifiques pensent que les changements dans la chimie du cerveau sont responsables de la plupart des symptômes. On sait depuis longtemps que la dopamine, un neurotransmetteur important, est liée à cette maladie – les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont des taux typiquement bas. Les traitements existants contre la maladie sont principalement axés sur la restauration de ces faibles taux de dopamine.

Les Neurotransmetteurs en tant que biomarqueurs

Dans une étude publiée dans Lancet Neurology, des chercheurs du King’s College London ont proposé que les niveaux de sérotonine (un autre neurotransmetteur) puissent être utilisés pour prédire le développement de la maladie de Parkinson jusqu’à deux décennies avant l’apparition de symptômes observables.

L’équipe, dirigée par l’auteur principal, le professeur Marios Politis, a observé 14 personnes d’Europe du Sud présentant des mutations rares d’un gène fortement lié au développement de la maladie de Parkinson (SNCA). La moitié des participants avaient déjà reçu un diagnostic de cette maladie, tandis que l’autre moitié n’avait pas encore présenté de symptômes.

Les scanners cérébraux des participants à l’étude ont été comparés à ceux de 65 autres patients atteints de la maladie de Parkinson confirmés, ainsi que de 25 individus en bonne santé en tant que contrôle. Les scientifiques ont noté que des modifications du système sérotoninergique (liées à l’humeur, à l’appétit, à la cognition, aux mouvements et à d’autres fonctions importantes) étaient observables chez les patients dès l’âge de 20 ou 30 ans.

Bien que les résultats soient encourageants et qu’ils puissent un jour servir à mettre au point de nouveaux traitements qui ralentissent (voire arrêtent) la progression de la maladie de Parkinson, certains chercheurs craignent que les résultats présentés ne montrent pas le même succès à une plus grande échelle.

Si les taux de sérotonine s’avéraient être un précurseur fiable de la maladie de Parkinson, il s’agirait de la forme de détection fiable la plus précoce que nous ayons développée jusqu’à présent. Étant donné que la détection précoce et le traitement agressif donnent les meilleurs résultats pour les patients atteints de Parkinson, une telle conclusion pourrait signifier une amélioration significative de la qualité des soins des patients. Il est probable que de futures études sur le système de la sérotonine seront menées pour explorer ce lien – bien que la méthode d’imagerie employée par les chercheurs du King’s College soit hautement spécialisée et limitée dans sa disponibilité, ce qui pourrait limiter l’adoption de la technique dans un proche avenir.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu