La FDA autorise Soliris pour le traitement contre le trouble du spectre de la neuromyélite optique

Selon une publication de Markets Insider, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a récemment autorisé Soliris (éculizumab) en tant que traitement contre le trouble du spectre de la neuromyélite optique. Cette autorisation marque la première fois que la FDA approuve un traitement pour cette maladie.

À propos du trouble du spectre de la neuromyélite optique

Le trouble du spectre de la neuromyélite optique (NMO), parfois appelé maladie de Devic, est un trouble auto-immun du système nerveux central. Il se caractérise par une inflammation des nerfs optiques et de la moelle épinière. Les attaques inflammatoires récidivent souvent, ponctuées de périodes de rémission.

Les maladies auto-immunes sont causées par l’identification erronée par l’organisme de cellules ou de tissus sains comme pathogènes étrangers. Le système immunitaire cible ensuite ces tissus et les attaque comme un virus, avec des conséquences souvent graves.

La gravité des symptômes de NMO peut varier, mais est liée aux épisodes inflammatoires du système nerveux central. L’inflammation du nerf optique (névrite optique) se manifeste souvent par une douleur aux yeux, suivie par une vision floue – un ou les deux yeux peuvent être touchés. L’inflammation de la moelle épinière (myélite) peut entraîner la perte de certaines ou de toutes les fonctions motrices, sensorielles et autonomes au-dessous du point d’inflammation de la colonne vertébrale. En raison de la similitude entre les symptômes, il peut être difficile au départ pour les médecins de discerner le NMO de la sclérose en plaques – qui se caractérise également par la myélite et la névrite optique.

Le premier traitement autorisé par la FDA contre la NMO

Soliris, nom générique eculizumab, a été autorisé au cours des derniers jours de juin. Dans ce cas, le médicament se présente sous la forme d’une injection intraveineuse pour les patients adultes positifs pour les anticorps anti-aquaporine-4 (AQP4).

L’AQP4 est une protéine du canal d’eau trouvée dans les yeux et les astrocytes du cerveau, entre autres endroits dans le corps. Les personnes anti-AQP4 positives ont des anticorps qui se lient aux protéines AQP4. Lorsque ces anticorps se lient à AQP4, il semble déclencher la réponse immunitaire inflammatoire qui définit la maladie.

Une étude clinique menée sur une période de 48 semaines sur 143 patients atteints de NMO positifs pour anti-AQP4 a montré que les patients traités avec Soliris bénéficiaient d’une réduction de 94% de leur nombre de rechutes inflammatoires au cours du traitement. Soliris a également réduit le nombre total d’hospitalisations liées et le nombre d’épisodes d’urgence devant être traités avec des stéroïdes et une transfusion de plasma.

Cependant, en raison du risque d’infection à méningocoque, les patients recevant le traitement doivent être inscrits à un programme parallèle d’évaluation des risques et de stratégie d’atténuation des risques (REMS) afin de surveiller leur bien-être.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu