Des Chercheurs propose qu’il y ait un lien génétique à la vulnérabilité des Hmong à la blastomycose

Selon une publication de l’Université de Wisconsin-Madison, l’analyse d’une grande épidémie de blastomycose dans le comté de Marathon, dans le Wisconsin, en 2009, a révélé que les personnes d’origine asiatique étaient particulièrement sujettes aux infections par blastomycose. Sur les 55 cas confirmés dans l’épidémie, 20 avaient des origines Hmong.

Récemment, des chercheurs de l’Université du Wisconsin-Madison ont mené une nouvelle étude identifiant une signature génétique chez certains Hmong qui les rend particulièrement vulnérables à l’infection fongique.

À propos de la blastomycose

La blastomycose est une maladie mycotique causée par le champignon blastomyces dermatitidis, qui se développe dans les sols humides et le bois en décomposition, en particulier dans les régions des Grands Lacs et de la vallée du Mississippi aux États-Unis.

Les personnes peuvent être infectées lorsqu’elles inspirent des spores microscopiques que le champignon libère dans l’air pour se reproduire. La plupart des personnes qui inhalent des spores ne sont pas touchées – mais le champignon peut provoquer des symptômes pseudo-grippaux, voire la mort dans des cas rares mais particulièrement graves.

Le Wisconsin est l’un des quelques États qui se trouve dans la région de la Mississippi River ainsi que dans celle des Grands Lacs. À cause de cette position, il a l’un des taux annuels les plus élevés d’infection à blastomycose du pays. Des épidémies occasionnelles touchant jusqu’à 100 personnes ont été signalées.

La Vulnérabilité génétique identifiée chez les Hmong

Les Hmongs sont un groupe ethnique de l’Asie du Sud-Est. La plupart vivent dans le sud de la Chine, au Vietnam ou au Laos, mais les États-Unis accueillent également une grande population. Lors de l’épidémie de 2009 dans le comté de Marathon, plus du tiers des personnes touchées étaient d’origine hmong.

La professeure adjointe de médecine et de microbiologie médicale, Caitlin Pepperell, et le Dr Bruce Klein, de l’Université du Wisconsin-Madison, ont dirigé la nouvelle étude sur les origines génétiques de la vulnérabilité à la blastomycose. Ce qu’ils ont trouvé les a surpris.

L’équipe de recherche a séquencé et analysé les génomes des participants Hmong. L’équipe était particulièrement intéressée par les longues régions d’homozygotie dans les génomes des participants.

Chaque gène hérité par l’homme se présente sous la forme d’une paire d’allèles. Les allèles identiques sont dits homozygotes. « De nombreuses variantes causant des maladies sont homozygotes », a noté Pepperell, car les régions homozygotes sont plus susceptibles d’exprimer des traits récessifs – telles que la vulnérabilité à certaines infections fongiques.

En se concentrant sur les régions relativement petites du génome qui étaient homozygotes, les chercheurs ont évité la pratique fastidieuse consistant à analyser des séquences génétiques entières. Les chercheurs de l’Université du Wisconsin ont découvert l’une de ces portions homozygotes dans une zone du génome associée à la réponse immunitaire aux champignons.

La région qu’ils ont identifiée est responsable de la production d’une cytokine importante appelée interleukine-6 (IL-6). L’IL-6 est un précurseur essentiel de l’interleukine-17 (IL-17), une protéine jouant un rôle central dans la réponse immunitaire aux agents pathogènes fongiques. De manière générale, des niveaux plus bas d’IL-6 entraînent des niveaux plus bas d’IL-17 – et donc une réponse immunitaire affaiblie aux champignons.

L’équipe de Pepperell et Klein a découvert que les cellules de certains participants Hmong dotés de ce marqueur génétique produisaient moins d’IL-6 et donc moins d’IL-17. Dans un modèle murin, de faibles taux d’IL-6 ont été associés à un nombre significativement inférieur de cellules TH17 (les cellules qui sécrètent l’IL-17).

Le Dr Klein a considéré la recherche comme « extrêmement gratifiante ». Identifier les faiblesses génétiques de la blastomycose et d’autres infections fongiques pourrait s’avérer utile pour identifier les personnes à risque de réactions indésirables graves.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu