L’Échec d’un médicament d’investigation prometteur contre le lupus pousse la discussion pour améliorer les essais cliniques

Selon une publication de The Rheumatologist, l’échec récent d’un traitement contre le lupus apparemment prometteur dans une étude de phase 2 a donné lieu à une discussion dans tout le domaine sur les nouvelles recherches et les améliorations nécessaires aux normes de recherche.

À propos du lupus

Le lupus est une maladie auto-immune caractérisée par une grande diversité de signes et de symptômes. Nombre de ces symptômes ressemblent beaucoup à ceux d’autres affections, ce qui s’ajoute aux difficultés déjà considérables que peuvent rencontrer les médecins pour diagnostiquer la maladie.

Comme d’autres maladies auto-immunes, le lupus est dû à une réponse immunitaire défaillante qui conduit le corps à attaquer par erreur des tissus et des organes sains, comme s’il s’agissait de corps étrangers. Les chercheurs pensent que le lupus peut être provoqué par divers facteurs environnementaux influencés par certaines prédispositions génétiques. La lumière du soleil, les infections et certains médicaments ont déjà été identifiés comme quelques-uns des nombreux déclencheurs possibles du lupus.

Le lupus semble être plus fréquent chez les personnes d’origine africaine et asiatique, les Hispaniques et les femmes. Bien qu’il soit rare, le lupus peut être fatal en raison de complications graves telles que l’insuffisance rénale, l’anémie et même les accidents vasculaires cérébraux. La plupart des personnes qui développent le lupus ont une espérance de vie tout à fait normale. Cependant, il n’y a pas de remède, et le traitement se limite à contrôler le pire des symptômes. Un traitement plus direct est nécessaire pour assurer le bien-être des patients atteints de lupus, qui représentent jusqu’à 1,5 million de personnes aux États-Unis.

L’Échec de l’Anifrolumab, le TULIP-1 et l’avenir des médicaments contre le lupus

Le TULIP-1 était une étude clinique de phase 2 sur le potentiel de l’anifrolumab pour aider les patients atteints de lupus en agissant sur les récepteurs de l’interféron de type 1. Cette cible est particulièrement intéressante pour les chercheurs car les cinq sous-types d’interféron 1 se lient au même type de récepteur, permettant théoriquement un blocage à plus large spectre de l’activité de l’interféron chez les patients.

Les interférons sont des protéines de signalisation qui stimulent la réponse immunitaire dans une cellule ou une région donnée. En bloquant l’activité des interférons de type 1, les chercheurs espéraient que la réponse immunitaire hyperactive à l’origine de maladies auto-immunes telles que le lupus diminuerait.

Cependant, le TULIP-1 était un plantage qui a surpris les experts du secteur. « De nombreuses analyses ont été effectuées pour déterminer la raison de l’échec de [l’étude] », a déclaré le Dr Richard Furie, l’investigateur principal de l’étude. Plus tard, lors d’un symposium clinique, Furie s’est inspiré de son expérience dans l’étude TULIP-1 pour identifier ce qu’il considérait être l’un des problèmes les plus importants liés à la conception d’essais cliniques sur le lupus :

  1. Une exagération de l’activité du lupus dans les maladies extra-rénales – en d’autres termes, l’activité du lupus n’est tout simplement pas aussi agressive que le prédisent certains médecins chercheurs.
  2. L’inclusion des patients dans de nombreuses thérapies de fond – la participation des patients à plus d’un essai clinique peut rendre extrêmement difficile pour les chercheurs la détermination du traitement qui fonctionne si des critères de jugement positifs sont atteints. Cela « attenue notre capacité à distinguer » les effets d’un traitement de ceux d’un autre.
  3. La complexité biologique du lupus – le lupus peut impliquer une activité dans plusieurs voies biologiques que nous n’avons pas encore identifiées. De nombreux facteurs peuvent être en jeu.
  4. Meilleurs critères d’évaluation des essais cliniques – afin de déterminer plus efficacement si un traitement soulage efficacement le lupus, les scientifiques ont besoin de meilleurs moyens d’identifier ce qui constitue une réponse chez les patients. En d’autres termes, les scientifiques doivent développer de meilleurs moyens d’identifier le moment où un traitement est efficace.

Il est plus facile d’énumérer ces problèmes que de les résoudre, mais le Dr Furie pense que c’est juste ce qui est nécessaire pour améliorer les essais cliniques sur le lupus. Le lupus a été « un problème vraiment difficile à résoudre », a noté le Dr Furie. « Mais je suis optimiste pour l’avenir. »


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu