Spondylarthrite ankylosante : la plupart de patients ne changent pas d’inhibiteur du TNF, même s’il ne fonctionne plus

Selon un article de Healio, une étude récente publiée dans la revue scientifique BMC Rheumatology a révélé qu’il était rare que les patients atteints de spondylarthrite ankylosante passent d’un inhibiteur du TNF à un autre, même si le médicament n’avait pas d’impact. Les inhibiteurs du TNF sont une méthode courante pour traiter cette maladie, mais de nombreux patients éprouvent un échec thérapeutique.

À propos de la spondylarthrite ankylosante (SA)

La spondylarthrite ankylosante est une forme rare d’arthrite qui se caractérise par une inflammation à long terme des articulations de la colonne vertébrale. D’autres articulations peuvent également être affectées. La cause précise de la spondylarthrite ankylosante n’a pas été identifiée. De nombreux facteurs environnementaux et génétiques peuvent jouer un rôle ; par exemple, une étude a révélé que la majorité des patients au Royaume-Uni présentaient l’antigène HLA-B27. L’apparition des symptômes de la spondylarthrite ankylosante commence souvent au début de l’âge adulte. Les symptômes peuvent inclure des maux de dos récurrents / rémittents, un raidissement progressif des articulations, de la fatigue, de la fièvre et une perte de poids. L’inflammation peut se propager à d’autres parties du corps, comme les yeux, le système circulatoire et les poumons. Il n’existe aucun remède contre la maladie, le traitement se concentre donc sur la gestion de la douleur et le ralentissement de la progression de la maladie. Le traitement peut inclure les AINS, les opioïdes, les inhibiteurs du TNF, la physiothérapie, la chirurgie et quelques autres. Malheureusement, la plupart de thérapies peuvent provoquer des effets secondaires graves avec une utilisation à long terme. Pour en savoir plus sur la spondylarthrite ankylosante, cliquez ici.

À propos de l’étude

Les chercheurs ont examiné les données pour les années 2015-2016 de l’Adelphia AS Disease Specific Program. Ces données comprenaient un total de 2 866 adultes atteints de spondylarthrite ankylosante et 640 médecins qui les traitaient. Les chercheurs ont découvert que 32,8% de ces patients n’avaient pas reçu de traitement avec des inhibiteurs du TNF. De plus, 58,1% recevaient pour la première fois un traitement par inhibiteur du TNF ; cependant, seulement 7,2% des patients étaient passés d’un inhibiteur du TNF à un autre.

Presque tous les changements ont été effectués en raison d’un manque d’efficacité dans le premier médicament. Cependant, il a fallu un temps moyen de 11,1 mois pour effectuer les changement de médicament. 15,4 pour cent des patients recevant un traitement par TNF étaient considérés comme un « échec » du traitement, ces patients signalant une altération de la productivité au travail de 44,5 pour cent, contre 25 pour cent qui répondaient au traitement.

Les auteurs ont noté à la fois le retard important dans le changent d’inhibiteur du TNF, mais ont également noté que la plupart des patients qui ont changé n’ont pas répondu au nouveau traitement. Ils recommandent une surveillance plus attentive des patients et des changements plus rapides vers différentes thérapies lorsque la thérapie actuelle ne fonctionne plus.

Pour lire l’étude originale, cliquez ici.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu