L’Encéphalomyélite myalgique / syndrome de fatigue chronique : les dernières recherches publiées

L’Association EM a récemment publié son dernier « résumé de recherche » hebdomadaire pour la semaine du 17 avril. Cela comprend les dernières recherches liées à l’encéphalomyélite myalgique (EM), également connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique (SFC). Le résumé de cette semaine comprend les résumés de quatre études différentes liées à la maladie. L’encéphalomyélite myalgique continue d’être une maladie rare très mal comprise et la recherche continue est essentielle.

L’encéphalomyélite myalgique, également connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique, est une maladie rare qui se caractérise le plus par une fatigue à long terme et d’autres symptômes qui affectent gravement la capacité d’une personne à accomplir ses tâches quotidiennes. La cause exacte du syndrome est mal connue. Les facteurs de risque peuvent inclure des antécédents familiaux, une mauvaise forme physique, la vieillesse, des problèmes de santé mentale et des allergies. Les femmes ont plus de chances de contracter l’encéphalomyélite myalgique que les hommes. Le symptôme caractéristique est une fatigue sévère et persistante qui n’a pas de cause définitive et ne disparaît pas après le repos ; les autres symptômes comprennent avoir du mal à s’endormir, une aggravation des symptômes après l’exercice, des sueurs nocturnes, une sensibilité à certains aliments, au bruit et aux odeurs, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête, un syndrome de l’intestin irritable et des maux de gorge. Les symptômes peuvent apparaître progressivement ou soudainement et, dans les cas graves, laisser le patient cloué au lit. Certains traitements peuvent inclure des stratégies de gestion de l’énergie telles que la stimulation et les changements de régime alimentaire. Pour en savoir plus sur l’encéphalomyélite myalgique, cliquez ici.

Voici une brève description des quatre études du sommaire et des liens vers leurs résumés :

  1. Une étude menée en Suède a étudié l’activité du sommeil et la régulation émotionnelle chez les patients vivant avec la maladie. Un sommeil de mauvaise qualité est depuis longtemps un symptôme connu de la maladie. Les chercheurs ont constaté que 22% des patients souffraient du syndrome d’apnées du sommeil (brèves perturbations respiratoires) et 70% avaient un nombre plus élevé de perturbation du sommeil ou d’éveils pendant la nuit par rapport à un groupe témoin. En savoir plus ici.
  2. Une étude belge a étudié les signaux d’électroencéphalogramme (EEG) déclenchés par un stimulus laser dans un groupe témoin sain et un groupe de patients atteints d’un traumatisme cervical chronique et un groupe de patients atteints d’encéphalomyélite myalgique. Destinés à détecter les différences de douleur neuropathique, les résultats ont montré peu de différence entre les groupes, suggérant que les patients ne souffrent pas d’hyperexcitabilité du système nerveux. En savoir plus ici.
  3. Le groupe de recherche EUROMENE a achevé le développement d’une méthode pour étudier l’impact économique et le fardeau de la maladie dans toute l’Europe. Le groupe espère faire des comparaisons du fardeau économique entre les différents pays. En savoir plus ici.
  4. Une étude de l’Université de Newcastle a étudié les modifications des mitochondries chez les patients atteints de la maladie. Les chercheurs ont découvert que les patients les plus touchés ont moins de glycolyse, une composante essentielle du métabolisme énergétique cellulaire. Cela peut expliquer pourquoi ces patients subissent les impacts les plus graves. En savoir plus ici.

C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu