Ce médicament contre des maladies rares peut-il traiter la COVID-19 ?

Selon un article de Barron’s, la société de biotechnologie Alexion Pharmaceuticals a récemment annoncé son intention d’analyser son médicament Ultomiris comme traitement potentiel contre la COVID-19. Alors que la communauté scientifique recherche de toute urgence le développement de traitements plus efficaces (et éventuellement un vaccin) contre la COVID-19, Alexion n’est qu’une des nombreuses entreprises qui tentent de réutiliser l’un de ses propres médicaments pour tenter de traiter le virus.

L’Ultomiris peut-il battre le virus ?

L’Ultomiris n’est pas un médicament expérimental et a déjà reçu l’autorisation de l’Agence américaine des produits alimentaire et médicamenteux (en anglais : US Food and Drug Administration) pour le traitement de deux maladies rares : l’hémoglobinurie paroxystique nocturne et le syndrome hémolytique et urémique atypique. Une réponse inflammatoire extrême s’est avérée être un évènement majeur qui peut potentiellement entraîner la mort chez les patients atteints de COVID-19 ainsi que d’une maladie grave qui ont évolué vers une pneumonie. L’Ultomiris est classé comme inhibiteur du composant 5 du complément (C5), une protéine liée à l’inflammation.

L’Essai commence bientôt

Alexion affirme que les données précliniques indiquent que les inhibiteurs de C5 pourraient réduire l’inflammation dans un modèle animal de pneumonie virale, ainsi que des résultats non confirmés de patients qui avaient reçu l’Ultomiris dans le cadre d’une utilisation pour raisons compassionnelles. La société progresse avec une étude clinique de phase 3 qui comprendra 270 patients et devrait commencer en mai. L’étude examinera la survie globale, la durée des séjours à l’hôpital et la durée d’utilisation du respirateur. Alexion a également annoncé qu’il offrirait son médicament Soliris, un autre inhibiteur de C5, aux patients atteints d’un cas grave de COVID-19 en France et aux États-Unis dans le cadre de protocoles d’accès élargis.

La société peut se compter parmi Eli Lilly, Roche, Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals pour tester leurs propres médicaments anti-inflammatoires comme traitements possibles contre la COVID-19. Alors que seul le temps nous dira si l’une de ces thérapies aura un impact significatif sur le virus, le besoin urgent de meilleurs traitements signifie qu’il y aura probablement d’autres sociétés pharmaceutiques qui suivront le mouvement dans les prochains mois.

L’Ultomiris et le Soliris sont des médicaments extrêmement chers, avec une réserve d’un an d’environ 500 000 $. Lorsqu’on lui a demandé comment les prix seraient affectés si l’essai réussit, un porte-parole de l’entreprise a répondu :

« Nous nous efforçons de nous préparer à ce scénario et à d’autres scénarios potentiels qui pourraient survenir afin que nous soyons prêts à soutenir l’accès à nos médicaments et à la demande anticipée pour nos médicaments à l’avenir ».


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu