Une Étude a révélé un meilleur moyen de visualiser les résultats des TEP

Des chercheurs ont découvert une nouvelle façon de traiter le cancer qui pourrait atténuer les effets secondaires que les patients subissent souvent de la chimiothérapie. En même temps, elle améliore les caractéristiques curatives de la radiothérapie.

Le traitement est appelé alpha-immunothérapie et les chercheurs ont enfin une nouvelle façon de mesurer son succès, montrant ainsi son efficacité.

L’Alpha-immunothérapie

L’alpha-immunothérapie utilise des anticorps pour attirer des médicaments contenant des matières radioactives. Au fur et à mesure que ces matériaux se désintègrent, un rayonnement est émis sous forme de particules alpha. Les anticorps guident ensuite ces particules vers les cellules cancéreuses où elles sont directement impactées par le rayonnement.

L’idée existe depuis un certain temps, mais on ne savait pas exactement si la thérapie touchait ou non les cellules qu’elle était censée le faire. Les TEP, utilisés pour examiner cela, ne dépistent que les radio-isotopes émetteurs de positons, non émetteurs alpha, le type utilisé dans l’alpha-immunothérapie.

Les chercheurs pensent avoir trouvé un moyen de mesurer si ce traitement a un impact direct sur les cellules cancéreuses. Tout cela grâce à une nouvelle collaboration.

La Découverte

Les chercheurs ont découvert que le radio-isotope cérium-134 peut présenter la voie de l’alpha-immunothérapie. Il est maintenant produit en série.

Les données complètes sur cette enquête peuvent être trouvées dans la revue Natural Chemistry.

Ce radio-isotope a été proposé pour la première fois dans les années 1990 comme un élément potentiellement utile pour une utilisation dans les TEP. C’est un élément abondant trouvé dans la terre qui pourrait conduire à une meilleure imagerie à travers le monde. Cependant, les recherches ont pris tellement de temps parce que la plupart des instituts de recherche ne disposent pas de leurs propres experts en physique nucléaire, en médecine, en radiochimie et en données nucléaires pour étudier ce potentiel.

Grâce à la collaboration entre Berkley, l’Université du Wisconsin, Madison et d’autres, cela a finalement pu être fait.

La Façon dont il est produit

Le cérium-134 est produit en induisant des réactions nucléaires en éliminant les éléments stables. Cette équipe a utilisé du lanthane. Ensuite, les radio-isotopes ont été traités et purifiés en séparant le cérium-134 du lanthane. Cela se fait en supprimant l’un des électrons chargés négativement du cérium.

L’équipe a effectué des radiographies sur l’élément après ce processus pour s’assurer qu’il avait fonctionné.

Miraculeusement, ils avaient une production de plus de 80%. Cela suffit pour effectuer plusieurs TEP.

À l’avenir

Les chercheurs étudient actuellement comment utiliser les thérapies émettrices alpha pour la leucémie et le cancer de la prostate.

Jusqu’à présent, les modèles murins ont montré des résultats positifs.

Maintenant, l’équipe prévoit d’étudier différentes méthodes pour attacher les anticorps au cérium-134. Ils continueront également à utiliser des modèles murins pour démontrer le potentiel thérapeutique et diagnostique de cet élément.

À terme, ils espèrent que cette recherche conduira à des thérapies plus personnalisées pour différents patients, car les recherches va pouvoir montrer comment différentes personnes réagissent au même traitement.

Vous pouvez en savoir plus sur cette nouvelle méthode en cliquant ici.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email