Étude : BT-11 a présenté des résultats positifs contre la rectocolite hémorragique

Landos Biopharma a récemment publié les données de son essai de phase 2 de BT-11, un traitement de la rectocolite hémorragique. Les résultats ont été positifs, faisant de cette thérapie un traitement viable possible contre la maladie inflammatoire chronique. Non seulement ces données sont intéressantes pour les patients atteints de rectocolite hémorragique, mais elles aideront, on espère, Landos à créer davantage de traitements pour les maladies auto-immunes.

À propos de la rectocolite hémorragique

La rectocolite hémorragique est une forme de maladie inflammatoire de l’intestin qui touche environ 700 000 personnes aux États-Unis. Elle est caractérisée par des plaies et des ulcères dans le gros intestin, qui entraînent alors des symptômes tels que perte de poids, nausées, anémie, crampes, douleurs articulaires, fatigue, diarrhée, sang dans les selles et éruptions cutanées. Malheureusement, il n’existe aucun remède contre cette maladie ; cependant, le traitement peut conduire à une rémission. Les médecins prescrivent souvent des produits biologiques, des corticostéroïdes, des antibiotiques, des immunomodulateurs et des aminosalicylates. Dans les cas très graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer une partie ou la totalité du côlon.

À propos de BT-11

BT-11 est une nouvelle petite molécule intestinale qui cible la voie LANCL2 dans le tube digestif. Le médicament active cette voie, régulant ainsi toute interaction entre les signaux métaboliques et immunologiques. Cette régulation est capable de diminuer l’inflammation. Ce traitement est administré par voie orale.

À propos de l’étude

Cet essai de validation de principe de phase 2 a duré douze semaines, dans le but d’évaluer l’efficacité et l’innocuité de BT-11. Les chercheurs ont également examiné la posologie et la rémission clinique. 198 patients atteints de rectocolite hémorragique bénigne à modérée sur 53 sites ont participé à cette étude randomisée en double aveugle, contrôlée contre placebo, en groupes parallèles.

Afin de mieux évaluer la rémission clinique, les chercheurs ont utilisé un score Mayo avec trois composantes : saignement rectal, sous-scores endoscopiques et sous-scores de fréquence des selles. Ils ont constaté que 31,8% des patients recevant la dose de 1 000 mg avaient atteint une rémission, tout comme 30,3% de ceux du groupe recevant la dose de 500 mg.

Plus de 40% des patients recevant de BT-11 ont vu des taux de calprotectine fécale normalisés en seulement deux semaines, ce qui peut être comparé à seulement 21% de ceux du groupe placebo. En outre, les chercheurs ont constaté que la thérapie était bien tolérée et restreinte à l’intestin.

Ce sont ces résultats positifs qui encouragent les chercheurs. Ils prévoient de nouveaux essais et Landos espère étendre ses travaux dans les traitements des maladies auto-immunes.

Vous pouvez lire l’article source en cliquant ici.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email