Les Tests moléculaires devraient jouer un rôle essentiel dans le traitement du cancer de l’ovaire

Selon un article de Targeted Oncology, le Dr Bradley Monk a parlé de l’importance des tests moléculaires pour déterminer comment traiter le cancer de l’ovaire lors de l’événement « Targeted Oncology Case Based Peer Perspectives ». Les tests moléculaires peuvent aider les médecins à décider de la meilleure option thérapeutique en fonction des caractéristiques génétiques et moléculaires distinctives de la tumeur. Au fil du temps, les chercheurs apprennent que les traits génétiques d’une tumeur donnée sont tout aussi importants ou même plus importants que l’endroit où se trouve la tumeur.

À propos du cancer de l’ovaire

Le cancer de l’ovaire peut apparaître sur ou dans l’ovaire. Le cancer de l’ovaire provoque rarement des symptômes distinctifs à ses débuts, de sorte que de nombreux patients reçoivent souvent le diagnostic de la maladie à un stade avancé. Le risque de développer un cancer de l’ovaire est lié à la durée d’ovulation d’une femme au cours de sa vie ; les femmes qui ovulent pendant de plus longues périodes sont plus à risque. La ménopause tardive ou la puberté précoce sont des facteurs de risque, tout comme le fait de ne pas avoir d’enfants, les médicaments contre la stérilité, certaines variantes et mutations génétiques (telles que les mutations BRCA) et l’exposition au talc, aux herbicides et aux pesticides. Certains symptômes du cancer de l’ovaire comprennent la fatigue, les ballonnements, une sensation de satiété, une perte d’appétit, une indigestion, un gonflement abdominal et des douleurs au bassin. Le traitement peut comprendre la chimiothérapie, la radiothérapie, la chirurgie, le traitement hormonal et l’immunothérapie. Il existe de nombreux types de cancer de l’ovaire. Le taux de survie à cinq ans est de 45% aux États-Unis. Pour en savoir plus sur le cancer de l’ovaire, cliquez ici.

L’Étude de cas

Pour servir d’exemple, le Dr Monk a présenté une étude de cas d’un patient dont la tumeur avec une déficience de la recombinaison homologue (HRD) et de type naturel BRCA. Chez ce patient, un traitement recommandé serait soit le niraparib (commercialisé sous le nom de Zejula), soit le bevacizumab (commercialisé sous le nom d’Avastin). Plus tard dans l’exemple de cas, le patient a pu atteindre une réponse complète après un traitement par bevacizumab en association avec la chimio ; le Dr Monk a déclaré qu’un bon suivi serait un inhibiteur de PARP (comme le niraparib), qui est efficace chez les patients présentant des altérations du BRCA.

Les traitements d’association tels que le bevacizumab et l’olaparib sont une autre option, mais le risque d’effets indésirables augmente avec les associations et d’autres problèmes, tels que le prix, doivent également être pris en compte. Avoir des garanties d’assurance appropriées peut être difficile pour les patients atteints de cancer lorsqu’ils prennent des décisions de traitement, en particulier si le médecin souhaite envisager d’utiliser des associations non-autorisées.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email