Une Société coréenne prévoit le risque de développer certains troubles génétiques en séquençant votre génome

Selon une publication du Korea Times, le centre de génomique Eone Diagnomics d’Incheon, en Corée du Sud, s’emploie à améliorer l’accès des patients à leur propre séquence génétique. Les chercheurs pensent qu’en améliorant l’accès des utilisateurs à leur propre ADN, ils peuvent prendre de meilleures mesures de prévention contre les maladies génétiques auxquelles ils pourraient être prédisposés.

Par exemple, les personnes prédisposées au cancer bronchique peuvent prendre des précautions particulières pour ne pas commencer à fumer. Les personnes génétiquement prédisposées au diabète peuvent être attentives à leur régime alimentaire et faire de l’exercice.

L’Avenir des analyses génétiques ?

Le Centre de génomique Eone Diagnomics (EDGC) a été créé en 2013 par la fusion de la société américaine de génomique Diagnomics et des laboratoires EONE de la Corée du Sud.

En analysant les échantillons de sang et de salive soumis par les utilisateurs, l’EDGC s’efforce d’identifier certaines maladies que l’utilisateur pourrait avoir une probabilité plus élevée de développer. Le Centre offre ensuite des conseils en suggérant des moyens de limiter les risques en modifiant son mode de vie. Un patient à l’EDGC peut avoir son code génétique entier séquencé – environ 3 milliards de paires de bases d’acides aminés – en moins de trois jours.

Dans un délai de deux semaines, les patients reçoivent un diagnostic prédictif (ce qui n’est pas, il est important de le souligner, identique à un diagnostic réel) avec des recommandations pour des changements de mode de vie. Les troubles potentiels sont classées en maladies de la tête et du cou, de l’abdomen supérieur, de l’abdomen inférieur et systémique. Le risque des patients de développer l’une des maladies testées par le kit EDGC est évalué sur une échelle de 1 à 5 (1 étant le risque le plus faible possible de développer une maladie particulière et 5, le risque le plus élevé possible).

La société fonde ses prévisions sur les données recueillies par le Global Screening Arrays Consortium, un groupe de 11 institutions de génomique qui ont mis en commun leurs ressources pour centraliser les informations génétiques de plus de 20 millions de personnes dans le monde.

Un Diagnostic pour aujourd’hui, un traitement pour demain

En Corée du Sud, seules les institutions médicales sont autorisées à effectuer des tests relatifs à la prévention, au diagnostic et au traitement de la maladie.

« Le système de santé actuel est axé sur la maladie », a déclaré le cofondateur et PDG d’EDGC, Shin Sang-cheol. « Mais l’avenir aura un spectre beaucoup plus large que celui-là » a dit-il, ajoutant que le génome du patient, ainsi que d’autres facteurs tels que la nutrition et l’exercice, joueront un jour un rôle plus important dans l’évaluation de la santé du patient.

« Cela pourrait faire partie de l’examen médical quotidien des gens », a proposé Shin. En aidant à prévoir et, avec un peu de chance, à empêcher certaines maladies génétiques de se développer chez certains individus, il estime que la pression globale sur les ressources de santé nationales pourrait être réduite.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu