Une Étude indique comment certains cancers du poumon pourraient « battre » la chimiothérapie

Selon une publication de l’Université d’Augusta, une étude récente sur des patients atteints de cancer du poumon et traités par chimiothérapie pourrait expliquer en partie la capacité de certains cancers à résister au traitement.

La recherche, menée par des équipes du Medical College of Georgia et du Georgia Cancer Center de l’Université d’Augusta, pourrait ouvrir la voie à des thérapies plus novatrices et plus efficaces à l’avenir.

À propos du cancer du poumons

Aux États-Unis, le cancer du poumon est de loin la principale cause de décès par cancer. Les fumeurs et les personnes exposées à la fumée secondaire sont les plus exposés – une exposition continue à la fumée de cigarette ou à d’autre types de fumées (ce qui est constituée de petites particules chauffées) peut endommager les poumons et d’autres parties des voies respiratoires.

Les cancers du poumon sont généralement classés en deux groupes : à petites cellules et non à petites cellules. Les noms font référence à la forme générale des cellules cancéreuses observées. Le cancer du poumon à petites cellules est beaucoup moins répandu et survient presque exclusivement chez les fumeurs. Les options de traitement entre les deux types peuvent varier.

Bien que ce cancer se trouve majoritairement chez les fumeurs, certaines personnes peuvent être exposées à une qualité de l’air dangereuse sans le savoir. Le radon, l’amiante et d’autres substances cancérogènes en suspension dans l’air peuvent également causer le cancer du poumon. Certains patients développeront un cancer du poumon même s’ils n’ont jamais été exposés aux polluants atmosphériques dans leur vie.

Les traitements disponibles pour traiter le cancer du poumon sont similaires aux autres traitements classiques du cancer, notamment la chirurgie, les médicaments ciblés, la radiothérapie et la chimiothérapie. Les traitements particuliers disponibles peuvent dépendre de nombreux facteurs tels que la taille des cellules cancéreuses ou l’âge et la santé générale du patient.

Comment certains cancers « battent » la chimiothérapie

Une nouvelle étude du Medical College of Georgia et du Georgia Cancer Center à Augusta suggère que certains cancers du poumon non à petites cellules pourraient présenter des taux particulièrement élevés de TIMP-1, un inhibiteur des métalloprotéases matricielles (MMP). Les MMP jouent un rôle important en décomposant les protéines et autres molécules biologiques. Normalement, les MMP sont libérées après une blessure pour « nettoyer » un site de réparation avant de guérir. Des molécules telles que TIMP-1 limitent l’activité des MMP pour prévenir les dommages aux tissus sains.

Les cellules cancéreuses dépendent du « détournement » de l’activité des MMP pour garder les sites tumoraux clairs. Pour cette raison, le TIMP-1 n’est généralement présent qu’à fortes doses chez les personnes atteintes de lésions ou de cancers.

La recherche en Géorgie suggère également que les niveaux de TIMP-1 sont positivement corrélés aux niveaux d’interleukine-6 (IL-6), une cytokine partiellement responsable du contrôle de la réponse immunitaire inflammatoire. L’IL-6 a déjà été établi pour jouer un rôle dans la résistance au traitement de certains cancers.

On suppose que le TIMP-1 est un régulateur de la mort cellulaire. Lorsque les chercheurs ont introduit des médicaments de chimiothérapie dans des cellules sans TIMP-1, les taux d’IL-6 ont baissé et la mort cellulaire a augmenté. L’introduction de TIMP-1 a réduit le nombre de décès cellulaires, mais a également augmenté la résistance des cellules cancéreuses à la chimiothérapie.

Cette étude est la première du genre à suggérer que le TIMP-1 dirige l’activité de l’IL-6 dans certains cancers du poumon non à petites cellules.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu