Utiliser le microbiote de l’organisme humain pour traiter des maladies : un potentiel inexploité ?

Selon un article du JAMA Network, le rôle du microbiote de l’organisme humain dans la santé commence à peine à être compris, et la manipulation du microbiote intestinal humain pourrait un jour jouer un rôle majeur en médecine. Dans un domaine de recherche en pleine croissance, on comprend maintenant comment la composition du microbiote change dans différents états pathologiques et a même révélé son impact dans des maladies qui ne semblent pas affecter directement le système digestif.

Le Microbiote de l’organisme humain et la transplantation de microbiote fécal

Le microbiote de l’organisme humain comprend l’immense groupe de micro-organismes qui survivent dans le corps et jouent des rôles importants dans ses fonctionnements normaux. La plus grande diversité de ces organismes se trouve dans l’appareil digestif, où un éventail diversifié d’espèces bactériennes résident et jouent un rôle dans la digestion. En 2020, la principale méthode dans laquelle le microbiote est manipulé pour traiter la maladie est un processus appelé transplantation de microbiote fécal (TMF). Cette intervention est utilisée pour traiter les infections intestinales impliquant la bactérie Clostridioides difficile. Les recherches ont montré que la TMF était beaucoup plus efficace que d’autres approches telles que les antibiotiques et le lavage intestinal. Bien que la TMF se soit révélée efficace, il reste des incertitudes quant à la façon dont l’intervention fonctionne et ce qui explique les différences de réponse des patients. Il y a également des problèmes de sécurité à prendre en considération.

Des Efforts supplémentaires de recherche et de traitement

Certaines études ont également tenté d’utiliser la TMF pour traiter la colite ulcéreuse, mais les résultats ont jusqu’à présent été variés. Des recherches supplémentaires ont suggéré qu’il pourrait être plus facile de manipuler le microbiote dans les maladies avec un microbiote moins complexe. Le vagin, par exemple, possède également son propre microbiote, mais il est beaucoup moins diversifié que celui de l’appareil digestif. Quoi qu’il en soit, les infections du vagin, connues sous le nom de vaginose bactérienne, peuvent être difficiles à traiter avec des antibiotiques. Le traitement antibiotique échoue souvent et la réapparition de l’infection est fréquente. Une étude expérimentale de la transplantation de microbiote vaginal en tant que traitement pour les patients atteints de maladie chronique a produit des résultats encourageants, quatre des cinq patients atteignant finalement une rémission à long terme. Cependant, trois des patients ont nécessité des interventions de transplantation répétées. Ce type d’intervention est un autre domaine où une étude plus approfondie est nécessaire pour comprendre comment l’opération fonctionne et ce qui peut la rendre plus efficace.

D’autres études ont montré que l’introduction d’une seule souche de bactéries dans l’intestin peut changer le risque de maladie pour les nouveau-nés ; un autre domaine de recherche concerne la façon dont l’alimentation peut avoir un impact sur le microbiote et son lien avec certaines maladies.

Il n’y a aucun doute que le microbiote intestinal peut jouer un rôle majeur dans le traitement de la maladie ; cependant, beaucoup plus de recherches seront nécessaires avant que son impact puisse être pleinement déployé en médecine.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu