Une Nouvelle méthode de perfusion pour le traitement contre le déficit immunitaire primitif pourrait améliorer l’état des patients ; la qualité de vie

Une Nouvelle étude

Une nouvelle étude, menée par CLS Behring, a révélé qu’une nouvelle méthode d’administration de l’Hizentra comme traitement contre le déficit immunitaire primitif (DIP) pourrait améliorer la qualité de vie des patients. C’est une méthode de poussée manuelle qui pourrait simplifier le processus pour les patients et qui est un traitement plus souple.

L’Hizentra est utilisée dans 60 pays et est l’immunoglobuline la plus prescrite pour le traitement contre le DIP. Il a d’abord été autorisé par la FDA en 2010 contre le DIP, puis en 2018 contre la polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC).

Cette étude a été publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology.

L’essai a atteint son critère d’évaluation principal, avec des résultats positifs pour la plupart des patients dans toutes les cohortes. Outre la nouvelle méthode d’administration, cette étude a également révélé que l’Hizentra peut être perfusée plus rapidement et à des volumes plus élevés.

Les Détails de l’étude

C’était une étude multicentrique ouverte qui n’était pas randomisée. Il comprenait 49 patients (adultes et enfants) qui prenaient actuellement une perfusion stable de l’Hizentra. Il y avait trois cohortes, divisées en fonction de l’expérience antérieure du patient avec les perfusions manuelles. Pour chaque cohorte, l’augmentation des doses a été évaluée pendant quatre semaines à la fois.

  • Volume assisté par pompe (15 patients)
    • Infusions hebdomadaires
    • 25, 40 et 50 ml par site d’injection
  • Débit d’écoulement assisté par pompe (18 patients)
    • Infusions hebdomadaires
    • Débit d’écoulement = 25, 50, 75 et 100 ml par heure par site d’injection
  • Débit d’écoulement administré par poussée manuelle (16 patients)
    • 2 à 7 infusions chaque semaine
    • Débit d’écoulement = 30, 60 et 120 ml par heure par site d’injection

Le critère d’évaluation principal de cette étude était le taux de réponse pour chaque niveau de perfusion. Cette étude a également étudié la sécurité et la tolérance.

Les Résultats

Le taux de réponse a été défini par le pourcentage de participants qui ont terminé au moins 75% des perfusions pour les cohortes assistées par pompe, ou 60% des perfusions pour la cohorte de poussée manuelle.

Pour l’administration de volume assistée par pompe, le groupe de 25 ml avait un taux de réponse de 86,7%, et le groupe de 40 et 50 ml avait un taux de réponse de 73,3%. Pour la cohorte de débit d’écoulement, les réponses pour le groupe de 25 et 50 ml par heure étaient de 77,8%, le groupe de 75 ml par heure était de 66,7% et le groupe de 100 ml par heure était de 61,1%.

Pour l’administration par poussée manuelle, la cohorte avec une perfusion de 0,5 et 1 ml par minute avait un taux de réponse de 100%. Pour les 2 ml par minute, il était de 87,5%.

Il y avait de faibles taux d’effets indésirables documentés pour toutes les cohortes. Les réactions les plus courantes étaient au site de perfusion. Il est étonnant que les événements indésirables n’aient pas varié entre les augmentations de la fréquence, du type d’EI, de l’intensité ou de la durée de la perfusion.

Les chercheurs espèrent que cette nouvelle méthode, une perfusion plus rapide et un volume de perfusion plus élevé, seront extrêmement bénéfiques pour les patients atteints de DIP.

Pour en savoir plus sur ces résultats, cliquez ici.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu