Des Chercheurs découvrent « l’encéphalite paranéoplasique associée au cancer du testicule », une maladie auto-immune

Selon un article de Cancer Health, une équipe de scientifiques affiliés à la Mayo Clinic, à l’UC San Francisco et au Biohub Chan Zuckerburg ont découvert une nouvelle maladie rare et auto-immune associée au cancer du testicule. La nouvelle maladie a été surnommée encéphalite paranéoplasique associée au cancer des testicules. Comme avec d’autres maladies auto-immunes, la maladie est déclenchée par une réponse imprévisible du système immunitaire qui l’amène à attaquer les tissus sains.

À propos du cancer du testicule

Le cancer du testicule est un cancer qui apparaît dans les testicules. Les symptômes incluent souvent une douleur ou un gonflement du scrotum ou une grosseur visible près du testicule. Les facteurs de risque incluent des antécédents familiaux ou un testicule non descendu (cryptorchidie). La plupart des patients peuvent être guéris avec succès de la maladie, mais le traitement peut entraîner une infertilité et un risque accru d’autres problèmes de santé.

La Découverte de l’encéphalite paranéoplasique associée au cancer du testicule

Cette nouvelle maladie ne résulte pas d’un traitement et apparaît en présence d’une tumeur cancéreuse testiculaire. La présence de la tumeur amène le système immunitaire à attaquer le cerveau, entraînant de graves symptômes neurologiques. Les hommes atteints d’encéphalite paranéoplasique associée au cancer des testicules peuvent perdre le contrôle de leurs mouvements des membres et des yeux. La perte de la parole est également possible. Comme la maladie était jusque-là inconnue, toute personne touchée par ce problème dans le passé était au mieux mal diagnostiquée et plus probablement non diagnostiquée, ce qui entraînait un traitement ou des retards de traitement.

Les chercheurs ont pu découvrir un biomarqueur diagnostique unique et pour l’encéphalite paranéoplasique associée au cancer des testicules grâce à l’utilisation de la technologie d’affichage sur phages programmable. Cet outil permet d’analyser jusqu’à 700 000 cibles potentielles d’autoanticorps. Cette technologie a été utilisée sur le liquide céphalorachidien d’un patient. Cette analyse a permis de détecter des auto-anticorps adaptés à la protéine 11 de type Kelch (KLHL11).

Cette protéine ne se trouve que dans certaines zones du cerveau et des testicules. D’autres échantillons de patients recueillis à la clinique Mayo ont permis de confirmer ces résultats. Le biomarqueur constituera un outil essentiel pour le diagnostic des patients atteints de cette maladie non décrite auparavant.

La preuve de l’existence de cette maladie s’annonce depuis des années. En fait, il y a 20 ans, un certain motif de coloration dans le laboratoire de neuroimmunologie de Mayo, que les scientifiques ont qualifié des « scintillements », est apparu chez des patients atteints d’encéphalite paranéoplasique associée au cancer du testicule. Cependant, aucune cible d’autoanticorps n’a été identifiée pour prouver l’existence d’une nouvelle maladie. 37 patients ont été diagnostiqués jusqu’à présent.

L’étude originale peut être trouvée dans le New England Journal of Medicine.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu