Les Rhumatologues pourraient jouer un rôle crucial dans la lutte contre la COVID-19

Selon un article de Medpage Today, les rhumatologues pourraient jouer un rôle important dans le traitement des patients présentant les cas les plus graves de COVID-19 / coronavirus. En effet, certains des médicaments qui présentent actuellement un potentiel pour le traitement des patients sont couramment utilisés contre les maladies rhumatismales. Certains exemples incluent le tocilizumab et l’hydroxychloroquine.

Le Système immunitaire et la COVID-19

Il s’avère que bon nombre des cas les plus graves de COVID-19 semblent impliquer des réponses extrêmes du système immunitaire. Les signes et symptômes présentés par ces patients sont similaires à ceux de certaines maladies rares, telles que le syndrome d’activation macrophagique et la lymphohistiocytose hémophagocytaire. Ce sont des maladies qui se caractérisent par une hyperactivation du système immunitaire. Le corps produit d’énormes quantités de macrophages et de cellules T, déclenchant à son tour un événement appelé tempête de cytokines dans lequel des cytokines pro-inflammatoires sont sorties à des concentrations massives. Cette situation peut parfois être mortelle.

« Nous avons un rôle à jouer pour informer nos collègues sur la reconnaissance de l’imminence du LHH ou du SAM secondaire et pour aider à sélectionner les patients susceptibles de bénéficier de traitements immunologiques », explique la Dr Theresa Wampler Muskardin.

Les Maladies rhumatismales et le coronavirus

Malheureusement, les patients atteints de maladies auto-immunes ou rhumatismales courent un plus grand risque de symptômes graves s’ils sont infectés par le coronavirus. Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de données sur ce groupe de patients, les caractéristiques de ces maladies associées à l’utilisation courante de médicaments immunosuppresseurs pourraient les rendre plus vulnérables. Des études portant sur les patients rhumatismaux atteints de COVID-19 sont actuellement en cours.

Néanmoins, les patients ne doivent pas arrêter de prendre leurs médicaments sans en parler à leur rhumatologue, même s’ils présentent des signes d’infection. En fin de compte, les informations précises du cas, telles que la maladie exacte impliquée, détermineront si l’arrêt du traitement est une bonne idée. Malheureusement, le manque de données signifie que les rhumatologues devront souvent se fier à leur propre expertise et à leurs propres expériences pour prendre ces décisions.

De plus, le potentiel de médicaments comme l’hydroxychloroquine ou les inhibiteurs de l’IL-6 pour traiter la COVID-19 signifie malheureusement qu’il y a maintenant une pénurie de ces médicaments, laissant les patients atteints de maladies rhumatismales dans une situation encore plus précaire.

Tous les patients atteints de maladies auto-immunes ou rhumatismales doivent s’assurer de suivre les protocoles du gouvernement sur la distanciation sociale, le confinement et le lavage des mains.

 


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu