Ces Critères aident à prédire l’insuffisance rénale chronique chez les patients atteints de néphropathie lupique

La néphropathie lupique provoque une inflammation des reins et peut souvent entraîner une insuffisance rénale chronique (IRC). Un problème auquel les professionnels de la santé ont fait face est celui de prédire la probabilité que des patients individuels développent une IRC. Selon Healio, les chercheurs ont découvert que l’absence de réponse lupique EULAR / ERA-EDTA agit comme un critère d’évaluation prédictif.

À propos de la néphropathie lupique

La néphropathie lupique est une complication du lupus qui provoque une inflammation des reins. Les anticorps attaquent la partie des reins qui filtre les déchets, provoquant une protéinurie, une inflammation, une hématurie, une hypertension et une insuffisance rénale dans les cas extrêmes. Les femmes et les personnes d’origine africaine et asiatique courent un risque plus élevé de développer le lupus.

Les symptômes spécifiques de la néphropathie lupique comprennent des douleurs et un gonflement des articulations, une urine foncée et mousseuse, un œdème, une hypertension, des douleurs musculaires, de la fièvre et une éruption cutanée. La cause est inconnue, bien que les professionnels de la santé soupçonnent qu’elle implique une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Divers analyses de labo, y compris des analyses d’urine, des analyses de sang et une biopsie rénale, sont utilisés pour poser un diagnostic de cette maladie. Le traitement vise à diminuer l’inflammation, à réduire l’hypertension artérielle et à inhiber le système immunitaire.

À propos de l’insuffisance rénale chronique

L’insuffisance rénale chronique (IRC) survient lorsqu’il y a des dommages aux reins qui progressent avec le temps. Environ 26 millions d’adultes aux États-Unis sont touchés par l’IRC. Elle est souvent le résultat d’un autre problème, comme le diabète, l’hypertension artérielle et la polykystose rénale, entre autres. Les patients ressentiront les symptômes de leur premier trouble ainsi que les effets de l’IRC, qui comprennent la jaunisse, un retard de croissance, une hypertension, une hypertrophie du foie ou de la rate, des nausées, un manque d’appétit, des carences en vitamines, de la fatigue, des problèmes de sommeil, une faiblesse, des crampes et des tics musculaires, changements dans la miction, démangeaisons persistantes, essoufflement et gonflement des pieds et des chevilles. Le traitement est symptomatique et vise à réduire les complications et à ralentir la progression. Les médecins peuvent prescrire des diurétiques, des médicaments contre l’hypertension artérielle, des médicaments contre le cholestérol, des médicaments contre l’anémie et des compléments pour protéger les os. Si l’IRC progresse suffisamment, une dialyse et une transplantation rénale peuvent être nécessaires.

Prédire l’IRC

Les professionnels de santé ont découvert que la réponse de l’EULAR (European Renal Association – European Dialysis and Transplant Association) est un bon ensemble de critères pour prédire la progression de la néphropathie lupique vers l’IRC. Ce critère a été créé après avoir examiné la documentation médicale et l’opinion d’experts sur la réponse rénale au traitement.

Une étude a été menée pour tester ce critère, dans laquelle 381 patients atteints de néphropathie lupique ont été surveillé du début 1970 à la fin de 2016. Tous les participants ont subi un traitement primaire et une biopsie rénale, et ils ont tous été suivis pendant plus d’un an. Les chercheurs recherchaient une réponse de 0,5 gramme de protéinurie et un taux de filtration glomérulaire normal ou proche de la normale.

En utilisant les critères, 58% des participants ont obtenu une réponse complète, tandis que 16% n’ont connu aucune réponse. Après une médiane de 10,7 ans, les chercheurs ont de nouveau fait un suivi et ont constaté que 58 participants avaient développé une insuffisance rénale chronique. Grâce à une évaluation de leurs données, ils ont découvert qu’aucune réponse après un an de traitement, une hypertension artérielle persistante et une faible C4 permettaient de prédire l’IRC.

Ce sont ces données qui encouragent l’utilisation des critères EULAR / ERA-EDTA pour prédire l’insuffisance rénale chronique. En utilisant ces prédictions, les médecins pourront mieux établir un diagnostic et traiter leurs patients.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu