Étude : le traitement de l’insuffisance rénale chronique a atteint son objectif

Selon BioSpace, un essai de phase III de Farxiga a produit des résultats très positifs. Ce traitement de l’insuffisance rénale chronique (IRC) a pu prolonger considérablement la survie des personnes aux stades 2 à 4 de l’IRC en réduisant le risque d’insuffisance cardiovasculaire ou rénale.

À propos de l’insuffisance rénale chronique

L’insuffisance rénale chronique (IRC) survient lorsqu’il y a des dommages aux reins qui progressent avec le temps. Environ 26 millions d’adultes aux États-Unis sont touchés par l’IRC. Il est souvent le résultat d’une autre maladie, comme le diabète, l’hypertension artérielle et la polykystose rénale, entre autres. Les patients ressentiront les symptômes de leur premier trouble ainsi que les effets de l’IRC, qui comprennent la jaunisse, un retard de croissance, une hypertension, une hypertrophie du foie ou de la rate, des nausées, un manque d’appétit, des carences en vitamines, de la fatigue, des troubles de sommeil, une faiblesse, des crampes et faiblesses musculaires, changements de la miction, démangeaisons persistantes, essoufflement et gonflement des pieds et des chevilles. Le traitement est symptomatique et vise à réduire les complications et à ralentir la progression. Les médecins peuvent prescrire des diurétiques, des médicaments contre l’hypertension, des médicaments contre le cholestérol, des médicaments contre l’anémie et des compléments pour protéger les os. Si l’IRC progresse suffisamment, une dialyse et une transplantation rénale peuvent être nécessaires.

À propos de l’étude

Le traitement, Farxiga, est destiné à être pris en association avec un régime alimentaire et de l’exercice afin de mieux contrôler la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 2, tout en réduisant le risque d’insuffisance cardiaque. Il a été autorisé en mai par la FDA dans le but de réduire le risque de troubles cardiovasculaires et d’insuffisance cardiaque.

Il a été étudié dans le cadre d’un essai de phase III auquel 4.304 patients ont participé dans 21 pays. Ils ont été randomisés avec une proportion de 1: 1 et ils ont reçu soit un placebo soit Farxiga. Le critère principal composite était la diminution de la fonction rénale ou le risque de décès, tandis que les critères secondaires étaient le décès quelle qu’en soit la cause, le délai avant le composite rénal et le composite de troubles cardiovasculaires ou d’insuffisance cardiaque.

Les résultats ont montré que la réduction du risque absolu était de 5,3% et que tous les critères secondaires étaient atteints. Cela montre que Farxiga est capable de prolonger considérablement la survie des patients atteints d’IRC, ce qui en fait une option de traitement très importante pour beaucoup.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu