La Fin d’une épidémie de maladie à virus Ebola pose de nouveaux problèmes aux survivants

Healio a récemment publié des interviews avec des membres du programme de formation et de recherche en santé de la RDC de l’UCLA, menés par Infectious Disease News.

Il y a quelques mois à peine, l’OMS avait annoncé la fin d’une épidémie de maladie à virus Ebola presque aussi importante que l’épidémie en Afrique de l’Ouest.

À peu près au même moment, alors qu’il était la fin de l’épidémie dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), une centaine de nouveaux cas ont éclaté de l’autre côté de la région.

Sans fin

À part les préoccupations concernant la nouvelle épidémie, les recherches montrent que les survivants d’Ebola doivent faire face aux effets mentaux et physiques de la maladie à long terme.

Le Dr Majid Sadigh, directeur de la santé mondiale, a déclaré que les survivants d’Ebola sont touchés pour le reste de la vie, à la fois mentalement et physiquement, après avoir quitté les unités de traitement d’Ebola (UTE).

Les survivants font face à la perspective d’une durée de vie plus courte, de problèmes rénaux et oculaires et à la stigmatisation évidente de la maladie. Etre un survivant d’Ebola entraîne souvent la perte de l’emploi et des problèmes non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leurs familles.

Risque élevé de mort

La Dr Anne Rimoin, directrice du programme de formation en RDC, a évoqué les nombreuses conséquences de l’infection au virus Ebola et la diminution de l’espérance de vie.

Une étude publiée en 2019 dans The Lancet portait sur des données de 1130 patients atteints d’Ebola après leur sortie des UTE de Guinée. On a trouvé qu’au cours de la période précédant le 31 décembre 2019, les survivants d’Ebola présentaient un risque quasiment multiplié par cinq de mortalité élevée par rapport au grand public.

Les chercheurs ont été choqués en constatant que sur cinquante-neuf décès signalés parmi les survivants d’Ebola, trente-sept étaient causés par une insuffisance rénale. Cela a incité les chercheurs à recommander des investigations complémentaires sur les survivants d’Ebola en lien avec une insuffisance rénale.

Attacher une grande importance à l’intervention précoce

Des chercheurs de l’Université Laval au Québec ont souligné l’importance des interventions précoces pour atténuer les infections aiguës.

À propos des troubles oculaires

Selon la Dr Rimoin, l’un des effets les plus courants sur la santé des survivants d’Ebola sont les troubles oculaires, en particulier ceux résultant de l’uvéite.

L’uvéite est une forme d’inflammation de l’œil affectant la couche médiane de tissu de la paroi oculaire. L’OMS estime que vingt pour cent des survivants d’Ebola d’Afrique de l’Ouest avaient un type de maladie oculaire.

En 2017, les chercheurs ont étudié la majeure partie des 28652 cas et des 11325 décès attribués à l’épidémie. Le grand nombre de cas a permis aux chercheurs de caractériser le syndrome d’Ebola avec une attention particulière aux lésions rétiniennes qui ont apparu chez les survivants de la Sierra Leone.

L’Étude PREVAIL III

L’étude PREVAIL III a inscrit près de 1 000 survivants au Libéria ainsi que leurs 2 300 de leurs contacts qui n’ont pas eu d’Ebola.

Les chercheurs ont étudié les perspectives à long terme des survivants d’Ebola. Ils ont constaté que les survivants avaient une augmentation de 14,7% de la fréquence urinaire par rapport à 3,4% des témoins. Une augmentation significative par rapport aux contacts s’applique également aux maux de tête, à la fatigue, aux douleurs musculaires, à la perte de mémoire et aux douleurs articulaires.

De plus, les survivants d’Ebola ont souffert d’inconfort ou de douleur abdominale, neurologique, thoracique et musculo-squelettique ainsi que d’une uvéite.

Au cours d’un suivi d’un an, la plupart de troubles se sont améliorés à l’exception de l’uvéite. Les résultats indiquent clairement la nécessité d’intégrer les soins des yeux dans le programme des survivants d’Ebola.

D’Autres régions de transmission

Le virus Ebola peut également rester dans le système nerveux central et d’autres sites qui sont cachés du système immunitaire des survivants. Cela signifie que le virus Ebola peut toujours être transmis après que la personne se soit rétablie.

L’une des zones de transmission post-Ebola est le testicule, ce qui indique la possibilité d’une transmission sexuelle. C’est pour cette raison que l’OMS préconise vivement l’abstinence ou, au minimum, des rapports sexuels protégés.

Peser les risques et dissiper les mythes

Selon les experts, la personne moyenne réfléchit aux incertitudes que représentent les survivants d’Ebola et comment cela affecte leur propre vie. Ceci, bien sûr, complique le rétablissement et le retour du survivant à une vie normale.

Il semble incontestable que la peur des insultes verbales de la part du public intimide le survivant. Cela conduit au confinement et entraîne un isolement à long terme. Cela est particulièrement le cas lors de la période initiale de retour chez soi.

Mais la principale raison du stigmatisme est la peur du public de la transmission du virus par un survivant pendant une interaction quotidienne.

Les travailleurs sociaux et les thérapeutes s’efforcent de surmonter cet obstacle en demandant aux anciens de la communauté d’accompagner les survivants chez eux. Éduquer les villageois et s’occuper de leurs peurs aide considérablement.

À propos des centres sociaux

Anaïs Legand, directrice de la technologie du programme d’urgence de l’OMS, a déclaré que depuis 2018, le programme est opérationnel en RDC. Il a commencé après l’épidémie dans la province de l’Équateur et est maintenant opérationnel dans l’est de la RDC. C’est une adaptation des programmes et de la recherche de l’Afrique de l’ouest.

Mais les violences fréquentes, y compris les attaques armées contre les centres Ebola, ont été un obstacle aux efforts de vaccination et aux traitements. Ces attaques ont eu lieu dans l’est de la RDC et ont continué jusqu’à la fin de l’épidémie de maladie à virus Ebola dans cette région.

Chacune des cliniques comprend un psychologue, un médecin, des techniciens de laboratoire, une hygiéniste, une infirmière, des assistants psychosociaux et un représentant d’Ebola qui aide à impliquer d’autres survivants dans le programme.

Les survivants peuvent demander des examens, des soins personnels et une évaluation psychologique. Des conseils sur avoir des rapports sexuels protégés ainsi qu’une analyse d’échantillons sont également disponibles. Une région, Butembo, a maintenant une clinique ophtalmologique.

Cependant, Anaïs Legand a déclaré que les survivants doivent encore passer par le processus stressant de retour dans leur communauté. Ils doivent se préparer à une perte d’emploi, au rejet de leur communauté et à d’autres complications associées au virus Ebola.


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Rose Duesterwald

Rose Duesterwald

Rose became acquainted with Patient Worthy after her husband was diagnosed with Acute Myeloid Leukemia four years ago. He was treated with a methylating agent While he was being treated with a hypomethylating agent, Rose researched investigational drugs being developed to treat relapsed/refractory AML.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu