L’Impact du stress et des émotions sur la santé

À l’âge de 30 ans, j’ai développé une maladie du mouvement neurologique douloureuse appelé dystonie. Cela a complètement bouleversé ma vie ; j’avais été en bonne santé et très active, mais je suis devenu presque 100% affaiblie de douleur et je me suis littéralement roulé sur le plancher toute la journée pour essayer de trouver un soulagement. Ce n’est pas une exagération. Rester assis ou debout pendant seulement quelques minutes a provoqué une douleur insupportable, sans parler également de sévères contractions musculaires involontaires dans le cou qui ont tiré avec force ma tête sur le côté et vers mon épaule droite.

Inutile de dire que j’ai vécu pendant des années avec beaucoup de tristesse, de colère et d’amertume, affligeant la vie que j’avais perdue et essayant de faire face à la nouvelle ; une vie que je n’appellerais pas beaucoup. J’existais, et c’est tout. Entendre les critiques de personnes qui ne comprenaient pas la nature de la douleur persistante ou de quelque chose de chronique, et qui demandaient pourquoi je ne « m’en remettais pas », alimentait ces émotions et rendait la tâche plus difficile pour moi. Pendant ces années, il n’y avait rien du tout que j’ai fait comme traitement qui m’a vraiment aidé.

Mon stress intense et mes émotions négatives (colère, honte, peur, frustration, tristesse, amertume, ressentiment, jalousie, etc.) m’ont maintenu presque 24 heures sur 24 dans le mode de combat-fuite. Cela a créé un environnement dans l’esprit / le corps où toute forme de guérison était presque impossible ; un problème commun pour beaucoup de gens. Ce n’est que lorsque j’ai choisi d’apprendre à accepter la réalité de ma nouvelle vie et que j’ai réalisé que je devais me réinventer pour que le changement puisse commencer.

Ce changement de mentalité m’a aidé à calmer mon esprit et, en réduisant cette tension mentale, cela a soulagé mon corps. C’était mineur, mais suffisant pour que je puisse mieux répondre aux traitements et me sentir motivé pour m’impliquer davantage dans des activités de soins personnels. Cela a amélioré ma santé, ce qui a amélioré mon attitude, ce qui a commencé à ouvrir de nouvelles portes où ma vie avait de nouveau de l’importance. Cela ne s’est pas passé du jour au lendemain. C’était un processus qui prenait du temps, le progrès de chaque jour partait du jour précédent. Moins je résistais mentalement à la réalité de ma vie, mieux je me sentais, une pratique sur laquelle je travaille encore tous les jours parce que j’ai encore des problèmes de santé à résoudre, ainsi que d’autres défis qui font partie intégrante de chaque vie.

Ne pensez pas que je veux dire que si vous changez simplement d’attitude et acceptez votre condition, vous vous rétablirez. Cela prend beaucoup plus que cela, mais l’acceptation est un élément important du puzzle. Nous le savons tous, mais il est difficile d’y arriver. Peut-être que ça va aider. Au lieu de « concevoir », je préfère dire « accepter ». Je pense que cela signifie la même chose, mais pour moi, c’est plus pratique et plus réaliste, car c’est plus une définition / description de travail que nous pouvons appliquer quotidiennement pour que le processus se déroule naturellement, c’est ainsi qu’il devrait se dérouler.

Quand je pense à « accepter » n’importe quoi, je pense à une discussion, puis à un accord, puis à des conditions pour que des actions et des comportements créent un changement. Je pense que c’est la manière rationnelle d’aborder n’importe quel problème. Dans cet esprit, aussi fou que cela puisse paraître, je parle à ma douleur. Je lui demande ce dont elle a besoin, puis je prends les mesures nécessaires pour essayer de l’améliorer (ce jour-là) en modifiant mes habitudes et mon comportement. Je travaille avec ça. Je ne me bats pas. Lorsque je me bats contre elle, mon taux de stress explose et la vie va à l’enfer dans une seconde.

« Comment tirer le meilleur parti d’une situation difficile ? », c’est la question que je me demande quand la situation devient dure. Cela empêche les émotions de devenir folles, ce qui empêche les symptômes de devenir fous. Nous ne pouvons peut-être pas contrôler la douleur, mais nous pouvons contrôler la réponse à notre douleur. Si nous réagissons avec colère, cela aggrave la douleur. C’est pourquoi nos émotions sont essentielles pour maintenir la douleur à un niveau inférieur à ce qu’elle doit être.

Lorsqu’on est très stressés, en colère, amers, etc., l’esprit émet des produits chimiques inflammatoires à un degré tel qu’il est presque impossible de guérir, comme mentionné ci-dessus. Toutes ces émotions sont bonnes et nous devons nous évacuer, mais il est important de les garder temporaires. Le stress chronique élevé, la colère, l’amertume, etc., ne sont pas de bonnes choses pour la santé. Cela nous maintient bloqués en mode combat-fuite, souvent sans même nous en rendre compte.

Je crois que combattre ou éviter un problème est une mauvaise approche. L’acte de l’éviter prolonge le problème et lutter contre toutes les conditions défavorables augmente son pouvoir sur nous en augmentant l’usine de stress dans le corps. Au lieu de lutter contre les problèmes, nous devons apprendre à les résoudre. Cette distinction est très importante car les émotions liées à chaque approche sont différentes et ont un impact différent sur le corps.

Je me suis battu contre mon problème pendant près de dix ans, ce qui ne m’a rendu que plus misérable. Accepter la condition et la nouvelle dynamique de nos vies à cause de la condition, la proactivité dans la recherche de réponses / solutions (plutôt que réactives), puis lutter contre le DESIR DE DOUTER DE NOUS-MEMES pendant les périodes difficiles est la vraie bataille et celle que nous gagnerons toujours ; c’est la façon dont nous devons régler les problèmes de manière rationnelle et avec succès.

Il arrive trop souvent que nous cherchons seulement à traiter les symptômes physiques et à négliger le pouvoir de l’esprit et le rôle que nos émotions jouent sur notre santé. Il faut qu’on s’occupe des deux. Si vous êtes confronté à un défi de votre vie, qu’il s’agisse de santé ou d’autre chose, je vous encourage à examiner votre relation avec ce défi, vous-même, les personnes qui vous entourent, et comment vous jugez / percevez votre défi ; vous remarquerez à quel point votre approche pourrait alimenter vos symptômes.

Nous devrions nous demander : « que puis-je faire quotidiennement pour me permettre de changer ma situation ? » Pour trouver la paix, nous devons faire face honnêtement à notre réalité (voir mon article, Si vous souffrez, ne soyez pas « positif ». Soyez honnête). Tout le monde est imparfait et ceux qui peuvent être vulnérables deviennent forts, puissants et inspirants. Comme le dit la célèbre citation : « les plus belles pierres ont été battues par le vent et lavées par l’eau et polies à la brillance par les tempêtes les plus fortes de la vie ».

Je ne dis en aucune manière que notre état de santé est dans nos têtes. Bien au contraire. Ce que je dis, c’est que notre réaction émotionnelle face à notre état de santé et à d’autres événements de la vie peut avoir un impact positif ou négatif sur notre problème actuel et sur la façon dont nous nous sentons, physiquement et mentalement. En d’autres termes, notre façon de penser est un choix et ce que nous pensons crée notre perspective. Notre perspective détermine alors notre comportement qui détermine nos sentiments ; en fin de compte, déterminer le niveau de joie ou de chagrin que nous vivons dans la vie, quel que soit le défi à relever. Comme quelqu’un l’a déjà dit, « nous pouvons nous plaindre parce que les rosiers ont des épines ou nous réjouir parce que les épines ont des roses ».


C’est notre meilleur essaie pour traduire des infos sur les maladies rares dans votre langue. Nous savons qu’il est possible que cette traduction ne saisisse pas avec précision toutes les nuances de votre langue maternelle, donc si vous avez des corrections ou des suggestions, veuillez nous les envoyer à l’adresse suivante : contribute@patientworthy.com.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Fermer le menu